Header Graphic
Catholic World Art
Artist, Ira Thomas
Header Graphic
 
 
Marie qui défait les nœuds
 
image précédente                           image suivante
 
L'artiste allemand, Johann Georg Melchior Schmidtner (1625--1707) nous a donné le tableau de dévotion de Marie qui défait les nœuds. Le tableau fut commandé par le petit-fils d’un couple dont le mariage avait été au bord du divorce mais qui a été sauvé avec l'aide de Marie sous ce titre. Voici ma version inspirée de la même composition que le tableau de Schmidtner.
 
On voit Marie démêler un ruban nuptial utilisé dans une coutume appelée « handfasting » dans lequel un ruban est enroulé autour des mains jointes des fiancés. Un ange donne le ruban noué à Marie et un autre ange reçoit le ruban, démêlé. Les nœuds symbolisent les nombreux problèmes qui menacent les mariages : l’infidélité, les dépendances, la discorde, la violence domestique, la violence verbale, l’égoïsme, l’avidité, etc.
 
Marie porte les couleurs qui la dépeignent comme la reine de la terre et la reine du ciel où elle est suivie par ses anges. De plus, le rouge de l’amour et le bleu de l'accord sont liés au contentement d’un bon mariage. Elle est couronnée de douze étoiles (Ap 12, 1) et elle écrase la tête du serpent noué sous les pieds (Gn 3, 15). Par la grâce qui lui a été donnée par le Saint-Esprit, qui est montré sous la forme d’une colombe, elle défait les nœuds avec ses mains aimantes.
 
En bas du tableau, on voit un détail de l’archange Raphaël qui conduit Tobie à sa femme Sarra, ce qui relie davantage le tableau au mariage et au thème de surmonter des obstacles dans le mariage comme par exemple dans le cas de Tobie (Livre de Tobie).
 
Le péché cause les nœuds dans le mariage et la vie familiale. « Le nœud noué par la désobéissance d’Ève a été dénoué par l’obéissance de Marie » (St. Irénée, 130-202 apr. J.-C). Demandons à Marie qui défait les nœuds d’intercéder pour nous pour que, par les mains de Marie, Dieu résolve tous les mariages en difficulté.
 

©  2002-2021 – Ira Thomas
Traduit par Melissa Abraham